Les registres matricules

Les registres matricules

A partir de la classe 1867, il existe dans la sous-série 1 R des registres matricules, versés par le Bureau central d’archives administratives militaires de Pau. Ces registres sont présents aux Archives départementales jusqu’à la classe 1934.  Ce sont les documents militaires les plus intéressants car ils fournissent de nombreux renseignements sur un individu : son état civil, ses différents lieux de résidence, son aspect physique et son parcours militaire.

Ils concernent les hommes déclarés aptes, y compris les dispensés, répartis selon leur classe et le bureau de recrutement correspondant à leur lieu de résidence . Pour le trouver, il est donc nécessaire de connaître la zone géographique (arrondissement…) où habite le conscrit à l’âge de 20 ans. Ceci permettra de retrouver le bureau de recrutement correspondant. Il faut noter que la géographie des bureaux de recrutement n’est pas exactement la même que celle de l’administration civile. Dans le Nord, il existe 5 bureaux de recrutement  :

- Avesnes (englobe aussi les cantons du Cateau Cambrésis et de Clary)
- Cambrai  (englobe l’arrondissement de Douai)
- Dunkerque (englobe l’ancien arrondissement d’Hazebrouck)
- Lille
- Valenciennes
- Valenciennes-Douai ( à partir de 1907)

Vous trouverez également pour les classes 1865 à 1871, les registres de la Garde Nationale Mobile (pour plus d’informations sur ce corps spécial, se reporter à la rubrique « corps spéciaux »).


Les tables alphabétiques des registres matricules

Ces tables mentionnent dans l’ordre alphabétique les individus d’une même classe inscrits dans un bureau de recrutement et donnent leur numéro matricule de recrutement.

Prenons un exemple tiré de la classe 1878 du bureau de recrutement de Valenciennes :

(Cliquez sur l'image pour visualiser dans une autre fenêtre)

Jean-Baptiste Lateur a le numéro matricule 527, ce numéro va nous permettre de retrouver son état signalétique et de service dans le registre matricule du bureau de Valenciennes. Il se  trouve dans le 2ème volume.

L’état signalétique et des services

1 R 1907
Grâce à ce document, on possède de nombreuses informations sur cette personne :

- Son état civil : il est né le 18 mai 1858 à Denain (canton de Bouchain) où il réside toujours ainsi que son père, Jean-Baptiste Lateur. Sa mère,  Adèle Renelde Michaux, est décédée. Il exerce la profession de maçon.

- Son signalement : il est blond, mesure 1m62 et est de confession catholique…

- Son numéro de tirage au sort sur les listes de recrutement cantonal: n°94 du canton de Bouchain.

- La décision du conseil de révision et le motif en cas de dispense…  : Jean Baptiste Lateur est déclaré propre au service.

- Le détail de ses états de service dans l’armée: intégration d’un corps de l’armée, campagnes effectuées, blessures, décoration, périodes d’exercices en réserve…
Par exemple, on apprend  que Jean-Baptiste Lateur a été affecté dans un premier temps à un régiment de sapeurs-pompiers le 3 novembre 1879. On ne trouve pas dans ces registres les communes ou pays traversés par un individu. Pour connaître son parcours militaire, il faut se reporter au Journal de marche et des opérations du régiment. Ces journaux se trouvent au Service historique de la Défense, à Vincennes.

- Les dates de changement de force armée de ce conscrit :
                  Armée active : 16 mars 1880
                  Réserve de l’armée active : 1er juillet 1884
                  Armée territoriale : 1er juillet 1888
                  Réserve de l’armée territoriale : 1er novembre 1898
                  Libération du service militaire : 1er novembre 1904

- Son degré d’instruction :  3 (instruction primaire).

             Les différents niveaux d’instruction :
                  0 : Ne sait ni lire, ni écrire
                  1 : Sait lire
                  2 : Sait lire et écrire
                  3 : Instruction primaire
                  4 : Brevet d’instruction primaire
                  5 : Bachelier et licencié

- Les changements de domicile: On apprend que Lateur a déménagé plusieurs fois, en 1887, à Liévin (62) ou encore en 1890, à Hénin-Liétard (62), communes de l’arrondissement de Béthune.


Définitions

Armée active : forces armées qui se trouvent sous les drapeaux en temps de paix.

Armée territoriale : forces formées d’hommes ayant fait leur temps de service dans l’armée active destinées à la défense intérieure du territoire.

Réserve
: ce sont les forces militaires d’un pays, qui en temps de paix, ne sont pas maintenues sous les drapeaux ou n’y sont appelées que pour des périodes d’instruction, et qui, en cas de mobilisation générale, rejoignent les autres troupes.